Archives du mot-clé montagnes

Guinée, je recommencerai!

Km 50’776, Kindia, Guinée.

De retour en Guinée, je remonte le pays en direction des montagnes du Fouta Djalon. Je tombe amoureux.

je remonte le pays en direction des montagnes du Fouta Djalon

je remonte le pays en direction des montagnes du Fouta Djalon

Après plusieurs mois de saisons des pluies à différentes intensité, la saison sèche prend jour après jour de l’ampleur, les nuages se font de moins en moins menaçant, le soleil de plus en plus présent et la pluie de plus en plus rare. Et ce malgré le fait qu’ici la saison pluvieuse fût plus longue que la moyenne, comme me disent certains.

Et pour moi c’est quand même un petit soulagement bien que j’avoue avoir passé des moments inoubliables durant ces derniers mois humides aux pistes bien souvent boueuses et aux nuits sans grand espoir de joli bivouac sauvage. La dernière fois que j’ai fait un camping sauvage ? Il y a près de 3 mois. Pourtant si ce soir je dors dans une auberge, il s’agit d’une exception tant j’ai passé de nuits chez l’habitant. D’ailleurs c’est plus pour la tranquillité que pour le confort en soit que je m’y rend ce soir, bien que les quelques heures nocturnes d’électricité me permettent de me rafraîchir au ventilateur et de recharger mes batteries. Le cadre reste simple. Une petite chambre. Un lit propre. Un seau, de l’eau. Quoi demander de plus ?

Me voici privilégié. Presque égoïste tant il est vrai que la Guinée telle que je la découvre, le long de la route, et que je découvrais à l’est du pays en septembre dernier, est bel et bien le pays du partage.

la Guinée telle que je la découvre, le long de la route, et que je découvrais à l'est du pays en septembre dernier, est bel et bien le pays du partage.

Le luxe y est dans sa population, son climat

Non pas de la solitude. Et certainement pas du luxe. Un pays que j’aime. Le luxe y est dans sa population, son climat. Simple opinion personnel. Ici s’y mélange peuple et paysages comme rarement. Le désordre y est extrême et à tous les « étages » de la société, du trafic au policier, du système éducatif à l’administration la plus basique.

Le désordre y est extrême

Le désordre y est extrême

Manquer de se faire rentrer dedans par un deux ou quatres roues (certes généralement deux roues) roulant à contre sens dans un rond-point (!) ou à reculons après avoir cette éternelle « barrière du blanc » passée et mis à part quelques policiers dont j’ai parfois bien du mal à savoir s’ils sont sérieux ou en pleine phase humoristique lorsqu’ils m’arrêtent. J’ai notamment eu droit à la « carte touristique s’il vous plaît » (elle n’existe pas soyons clair, le visa suffit) ou à l’indétrônable « papier du véhicule ! »

Hein!!!? Mais je suis à vélo monsieur.

Et alors? Papier du véhicule !

Et soudain le chef qui arrive et vient me questionner avec plein d’enthousiasme, cassant net le « coup » du non gradé. Auquel je réponds: je suis Suisse!.

Ah tu es suédois.

Non non, pas la Suède, la Suisse!

Ah tu es suissien.

Voilà, suissien. C’est ça. Je m’y suis fait. 3 mois que ça dure. Et je n’insiste pas sur des termes qui ici n’ont pour l’instant pas grand raison d’être. Je suis donc suissien. Parfois suédois aussi. Et peut-être un jour je serai lunien.

Oui peut-être bien car ici tout est possible, les limites semblent être fixée par l’imagination. Et cette dernière n’en ayant pas vraiment…

Bienvenue en Guinée!

Et ce n’est ni péjoratif ni moqueur. Bien au contraire. C’est bien avec une petite étincelle dans les yeux que j’écris ces quelques lettres qui essaient de se faire une place au milieu du vaste univers guinéen.

ces quelques lettres qui essaient de se faire une place au milieu du vaste univers guinéen.

ces quelques lettres qui essaient de se faire une place au milieu du vaste univers guinéen.

Une étincelle allumée à tout moment par ces innombrables moments passé, partagé, avec les guinéens « du long de ma route ». Discussion tantôt sérieuse puis rocambolesque, touchante souvent.

On parle politique mais ça nous énerve tous. Ici la politique est aussi efficace qu’il y tombe de la neige en Guinée. Dirait-on. Et ça irrite. Alors on parle foot ou religion. Il y a plus de Foi la derrière. Enfin d’où je viens. Puis on s’essaie à l’humour sans toujours y arriver. Mais on rit quand même.

lorsque je me lance dans les montagnes du Fouta-Djalon, j'y ajoute les paysages.

lorsque je me lance dans les montagnes du Fouta-Djalon, j’y ajoute les paysages.

Et lorsque je me lance dans les montagnes du Fouta-Djalon, j’y ajoute les paysages. Montagnes douces à l’herbe verte déjà légèrement entamée par la saison sèche. Je tombe amoureux.

Montagnes douces à l'herbe verte déjà légèrement entamée par la saison sèche

Montagnes douces à l’herbe verte déjà légèrement entamée par la saison sèche

À moins que je sois fou. Ou les deux puisqu’il faut être fou pour aimer. Pour y croire.

Tant pis, moi j’y crois. J’y cours même!

Et demain je recommencerai.

moi j'y crois. J'y cours même!

moi j’y crois. J’y cours même!

Je recommencerai…

 

Olivier Rochat

Le long de la Ring Road

Km 39’671, Abong, Cameroun.

C’est dans la région du nord-ouest que j’ai passé mes derniers jours au Cameroun.

Une région particulière puisqu’avec sa voisine du sud-ouest ce sont les deux seules régions anglophones du Cameroun, les 8 autres  étant essentiellement francophones.

Mais plus que ça c’est aussi une région montagneuse que j’ai traversé en découvrant notamment la spectaculaire et relativement isolée Ring Road. Une route dont le nom vient de sa forme puisque cette dernière effectue une boucle à l’intérieur de la région du nord-ouest.

DSCF4142

c’est aussi une région montagneuse que j’ai traversé

Lire la suite

Un mot Juste…

Km 29’221, Mokhoabongpass, Lesotho.

Voici un petit mot, un mot juste, juste un mot, sans prétention ni politesse, aucune, que j’écrivais voici quelques nuits lors d’un bivouac solitaire, montagnes oblige.

Solitude pourtant belle, les yeux perdus, rêveurs et porté vers le ciel, là où se trouve Milkyway, La Voie lactée.

Juste un Mot

DSCF0402

Solitude pourtant belle, les yeux perdus, rêveurs et porté vers le ciel

Qu’on se le dise

J’ai pas besoin d’ami, j’ai un vélo                                                                                                               J’ai pas besoin d’une maison, j’ai une tente                                                                                             J’ai pas besoin d’un toit, j’ai le ciel,                                                                                                            J’ai pas besoin de lumières, j’ai les étoiles,                                                                                              J’ai pas besoin d’une patrie, j’ai le monde…

DSCF0120

J’ai pas besoin d’une maison, j’ai une tente

Qu’on se le dise

J’ai pas besoin de juger, j’ai pédaler                                                                                                         J’ai pas besoin que tu m’aimes, je te pardonne                                                                                      J’ai pas besoin de toi, et toi, tu me pardonnes?                                                                                       Et puis j’ai pas besoin d’y croire ni d’espérer, j’ai solitude.                                                                       Et en confiance, j’te le confie

DSCF0121

J’ai pas besoin de toi

 

Oui qu’on se le dise

J’ai pas besoin qu’on me le dise, je le fais                                                                                                J’ai pas besoin d’un futur, j’ai un présent,                                                                                                   J’ai pas besoin d’être poli, regarde, je t’emmerde!                                                                             Petit con.                                                                                                                                                    Mais j’ai pas besoin d’être vulgaire, mon ami.

DSCF0316 (2)

j’ai pas besoin d’être vulgaire, mon ami.

Oui mon Ami, qu’on se le dise

J’ai pas besoin de savoir, j’ai de l’imagination,                                                                                        J’ai pas besoin d’avoir peur, j’ai un chemin, une route,                                                                           J’ai pas besoin d’être généreux, je suis égoïste                                                                                         Mais j’ai pas besoin d’être égoïste, ce monde l’est déjà tant                                                                   Aussi si je m’aime à grimper, tu sais, c’est un fantasme, peut-être une évasion

Mais pas un besoin.

DSCF0194

J’ai pas besoin d’avoir peur, j’ai un chemin, une route,

C’est sûr, j’ai pas besoin…

J’ai pas besoin d’un prof, j’ai un gouvernement,                                                                                         J’ai pas besoin de comprendre, j’ai dés-illusions                                                                                       J’ai pas besoin d’être riche, j’y ai jamais cru,                                                                                           J’ai pas besoin d’être pauvre, je ne le suis pas,                                                                               Misérable? Je ne l’espère pas.

DSCF0148

Mais moi j’ai pas besoin d’y croire, ni d’espérer, j’ai une vie

J’ai pas besoin de travailler, on me le fait croire!

Mais moi j’ai pas besoin d’y croire, ni d’espérer, j’ai une vie,                                                                 Et une mort au bout.                                                                                                               Probablement des cendres et un troupeau de vers.

C’est sûr que vu d’ici, j’ai pas besoin de courir, j’ai le temps.                                                               Lui il s’en va, moi je reste.                                                                                                                         Entre nous c’est un con promis,                                                                                                                                                  

                                           Le temps!

Et pi tu vois j’ai même pas besoin d’écrire, c’est une envie…

DSCF0542

C’est sûr que vu d’ici, j’ai pas besoin de courir, j’ai le temps.

Mais une question, une seule: comment terminer cette poésie?

En ai-je le besoin?

Certainement pas!                                                                                                                                       Ce n’est pas un besoin.                                                                                                                           Juste un devoir. Une conviction.                                                                                                           Juste un mot. Un mot juste.                                                                                                                       Un alphabète recomposé.

On aimerait tout recommencer…

DSCF0526

On aimerait tout recommencer…

« Il paraît qu’écrire c’est exister.                                                                                           Moi je sais que pédaler, c’est liberté »

Oui mon Ami, crois -moi, qu’on se le dise

J’ai pas besoin d’ami, j’ai un vélo,                                                                                                              J’ai pas besoin d’une patrie, j’ai le monde,                                                                                               J’ai pas besoin d’être poli, je ne l’ai jamais été                                                                                       Mais si j’ai pas besoin d’haïr, c’est parce que j’ai toujours eu besoin d’aimer.

Plus que jamais.

Et parce-que eux, lui pi toi aussi…

Est-ce que tu sais que Lesotho sait t’admirer

Mais pas autant qu’Essentiel est d’aimer?

DSCF0135

tu sais que Lesotho sait t’admirer

Voilà

C’était juste

Juste un mot

Un mot juste:

Aimer

DSCF0115 (2)

Voilà c’était juste un Mot

Olivier Rochat

 

…Royaume du brouillard

Km 28’915, Oxbow, Lesotho.

Lesotho… Royaume de la pluie et du brouillard.

En fait.

DSCF9801

de la pluie et du brouillard.

C’est tout excité que je suis parti à travers les montagnes de Maluti voici quelques jours. Au menu quelques cols dont 3 à plus de 3’000 mètres d’altitude.

Mais force est de constater que j’ai mal choisi mon moment.

DSCF9782

à plus de 3’000 mètres d’altitude.

Ainsi depuis 4 jours pas trace de soleil et après un premier jour nuageux c’est tout proche du col de Tlaeng, à plus de 3200 m, que j’ai planté ma tente. Rattrapé par une violente pluie j’ai décidé, frigorifié et peu motivé, de m’arrêter lorsque j’en ai eu l’occasion.

DSCF9780

c’est tout proche du col de Tlaeng, à plus de 3200 m, que j’ai planté ma tente.

A cette altitude pas trace d’un seul village et aucun moyen de s’arrêter, se réchauffer, dans un village ou autre. Sous une pluie proche de la neige c’est donc.. dans une station de ski que j’ai passé deux jours de repos à attendre une eclaircie ou au moins une pause de la pluie.

DSCF9792

dans une station de ski

Hier soir c’est même…la neige qui a finalement fait son apparition, laissant un fin manteau blanc une centaine de mètre au-dessus d’où je passais ma nuit.

Neige qui n’aura pas tenu la journée puisqu’en reprenant ma route en fin de matinée, réconforté par un arrêt de la pluie, c’est un col « vert » que j’aurais grimpé jusqu’au sommet du col de Mahlasela.

DSCF9799

La Station de Ski depuis le col de Mahlasela

Malheureusement la pluie revint de plus belle. Pluie glaciale, 3 degré à peine, pour m’accompagner durant les 10 kms de descente du col de Mahlasela.

A nouveau frigorifié, partagé entre l’envie de m’arrêter autant de temps qu’il le faudra, plaisir inexistant oblige, et le besoin de continuer, visa oblige quitte à finir l’Afrique du Sud en bus…, je m’arrête provisoirement dans un restaurant que je trouve enfin en bord de route. Blottis contre un feu, chocolat chaud aux lèvres, l’Afrique a bien changé ces derniers jours.

DSCF9822

l’Afrique a bien changé ces derniers jours.

Le Lesotho est toujours un Royaume. Mais je n’en suis plus le Roi.

Avec cette impression que plus je « m’approche » du Cap, plus je m’en éloigne.

Et que la Suisse est juste là…

Heureusement, a défaut de soleil, la pluie a fini par s’arreter et j’ai pu reprendre la route dans de meilleurs conditions et profiter un peu des paysages des montagnes de Maloti avec le col de Moteng qui culmine a plus de 2’800 métres d’altitude.

DSCF9834

le col de Moteng

En attendant, peut-etre, des kilométres plus ensoleillé, me voici de retour en « plaine », a moins de 2’000 metres pour la premiére fois depuis une semaine.

Les villages refont peu a peu leur apparition et la température remonte un peu: 17 degré.

Et pourtant j’en garde des frissons, comme si les derniers mois, chaud et ensoleillés, ont changé mes habitudes et capacités a rouler dans le « froid ».

Au Lesotho. En direction, toujours, du prochain col.

 

 

DSCF9848

Les villages refont peu a peu leur apparition et la température remonte un peu

Olivier Rochat

LESOTHO…Royaume des montagnes!

Km 28’802, Mokhotlong, Lesotho.

Bienvenue au Lesotho, le royaume des montagnes.

Un col après l’autre je découvre depuis quelques jours ce petit pays méconnu du grand public et totalement enclavé au milieu de l’Afrique du Sud. Sans accés à la mer, d’une superficie de 3/4 celle de la Suisse, le Lesotho n’en reste pas moins un pays de montagne, parfois surnommé « le toit de l’Afrique » ou plus simplement, le royaume des montagnes.

Pour moi, question montagnes, un retour aux sources.

DSCF9744

le Lesotho n’en reste pas moins un pays de montagnes

Hier j’ai repris la route après cette superbe ascension du col du Sani qui m’a mené à la frontière avec le Leostho. Au col c’est Niko que j’ai rencontré, un cyclo autrichien rencontré au sommet du col. Superbe rencontre et partage d’aventure puisque Niko est sur la route depuis janvier 2015.

Parti de Salzbourg en direction d’Istanbul puis de l’Asie centrale et finalement jusqu’au Laos, puis l’Australie et enfin l’Afrique du Sud.

Voici déjà son site internet: niko-rides

DSCF9644 (2)

Au col c’est Niko que j’ai rencontré

Mais s’enfoncer dans les montagnes du Lesotho n’a rien d’aisé, plus particulièrement lorsque l’on fait face au vent.

DSCF9656

s’enfoncer dans les montagnes du Lesotho n’a rien d’aisé

Monter, descendre… c’est le menu dès les premiers kilomètres et un premier col qui me mène à l’altitude de 3240 mètre: le col de Kotisephola. Un col abrupte offrant quelques jolie vue sur des montagnes dépourvues de presque toute végétations à cette altitude.

DSCF9682

le col de Kotisephola

DSCF9686 (2)

Il est vrai qu’ici, sur le toit de l’Afrique, il fait plus frais que dans les pays alentours.

S’ensuit une belle descente où je rencontre enfin mes premiers locaux, habillés de grands mentaux, bottes et souvent d’une cagoule. Il est vrai qu’ici, sur le toit de l’Afrique, il fait plus frais que dans les pays alentours.

 

 

 

 

 

 

En effet le Lesotho, petit pays enclavé au centre de l’Afrique du Sud, est un pays de montagne dont la géographie est simplement unique au monde: le Lesotho étant le seul pays au monde entièrement situé à plus de 1000 mètres d’altitude.

DSCF9733

e Lesotho étant le seul pays au monde entièrement situé à plus de 1000 mètres d’altitude.

Et il ne s’agit pas d’un seul et plat haut plateau mais bien d’une multitude de montagnes, dont la plus haute d’Afrique australe, Thabana Ntlenyana, qui culmine à 3’482 mètre d’altitude, toute proche du col de Ketisephola.

DSCF9675 (2)

Le col de Ketisephola, tout proche de la plus haute montagne d’Afrique australe: Thabana Ntlenyama

La différence avec l’Afrique du Sud est marquante, que ce soit par ces paysages que je qualifierai, goût personnel, de superbe, où par ses habitants. Petites maisons rondes dans lesquels on se déplace… à dos d’âne, les villages ont un charmes certains dont les montagnes environnantes, parfois cultivée ou habité de poneys, ne font que l’accentuer.

DSCF9709 (2)

on se déplace… à dos d’ânes

Des rivières se faufilent ici où là dans des canyons que des villages perchés surplombent malgré l’isolement du lieu.

C’est bien simple, le Lesotho est un cadeau et si hier j’avais le Malawi, la Namibie, aujourd’hui j’ai le Lesotho.

DSCF9745 (2)

les villages ont un charmes certains dont les montagnes environnantes, parfois cultivée ou habité de poneys, ne font que l’accentuer.

Sweet Sweet Sweet!

Une seule ombre au tableau: la mendicité. Sans gènes, aucune, adultes et enfants me demandent de l’argent, des bonbons ou une bière à la manière où on demande l’heure. Sweet, sweet! me demandent les plus jeunes qui veulent des bonbons alors que le long de la route, croisant des ouvriers attelés à réparer la route, on me demande une petite pièce..

Sans agressivité, certes mais, s’en est parfois presque un moyen de salutations bien qu’une fois le discours engagé les gens sont plutôt sympas, souriant et même aidant.

 

Le Lesotho est bien un pays pauvre mais cette manière de faire est parfois gênante, ou dommage, tant le pays est beau et attachant de par sa culture, son climat et ses paysages. Cependant, habitué à ces coutumes réservée aux blancs, je ne m’attarde trop à ce que nous avons amené nous mêmes avec nos manières, notre besoin de détruire avant de penser reconstruire en donnant ceci ou cela a des gens qui à la base n’ont rien demandé.

Ils n’ont pas raison. Mais nous avons tort. Quant a moi…Le voyageur ne fait que passer, constater. Il a beau s’énerver, aimer, juger ou profiter, il ne sert… à rien.

Rien d’autre que l’importance que les gens qu’ils rencontrent veulent bien lui octroyer.

Souvent quelques part entre la pitié et l’admiration.

Quant à l’Afrique, ma douce Afrique… aussi mendiante sous t’elle, elle n’a jamais eu besoin de moi. Et aujourd’hui plus qu’hier encore, j’en suis persuadé: si vous voulez l’aidez, ou quelqu’un d’autre, ne lui donnez pas ce qu’elle croit ne pas avoir.

Donnez lui un peu de votre personne. De votre temps.

Ou alors vivez pour vous. Mais ne prétendez pas l’aider d’un peu de cet or anti-culturel que l’on nomme matériel. Quel qu’il soit.

Cette connerie nous affaiblit…

Blancs, noirs, jaunes, ocres ou magentas.

 

Lesotho…

Un pays dans lequel je m’égare au nord-est à travers les montagnes de Maluti, curieux et profiteur de ce que m’offre les montagnes. Cet instant de vie, égoïsme pure, qui n’appartient qu’à moi.

DSCF9719

curieux et profiteur de ce que m’offre les montagnes.

Tout juste calmé par une bière, « Maluti » de son nom, elle aussi.

Car le Lesotho est un Royaume. Le Royaume des montagnes. Et sur ces routes, crois moi, j’en suis le Roi. Avec un grand R comme dans Rochat.

DSCF9711

le Lesotho est un royaume.

Oui j’en suis le Roi.

Même si, c’est vrai, j’avance plutôt à l’allure d’un grand-papa. Pardon pour lui.

Bref…

Poésie t’avais compris…

DSCF9752

Et sur ces routes, crois moi, je suis le Roi.

Olivier Rochat