Archives du mot-clé Majete

Magic Majete!!!!!

Km 20’592, Majete Game Reserve, Malaŵi.

Le Malawi, peu à peu, se termine. Cependant, il n’est pas tout à fait terminé!

En effet c’est dans la réserve de Majete, la seule du Malawi accueillant le fameux « Big 5″ (éléphants, Rhincéros, Lion, Léopards et Buffles) que je me suis égaré. Pour mon plus grand plaisir! Et un dernier cadeau d’adieu sous forme de foire au animaux! En plus j’aurai vu le Roi. En effet, le Lion était là.

Magique!!!

DSCF5682 (3)

Magic Majete

Lire la suite

Humeur A fric!

Km 20’574, Chikwawa, Malawi.

Humeur d’Afrique. Humour sans fric. La descente du sud du Malawi continue

Me voici maintenant à Chikwawa dans le district du même nom. Mais depuis que j’ai quitté la mission de Matandani voici deux jours les pistes sont de retour, la pauvreté aussi, bien qu’elle a toujours été là. La chaleur prend de l’aise ainsi aujourd’hui il a fait bien plus de 30°C. A vue de nez je dirais 35. Hier? C’était pareil… Me voici également au pied de la réserve de Majete qui soudain attire mon attention. Le Malawi gentiment mais sûrement se termine. C’est sûr! Alors pourquoi pas, au fond, essayer de voir un Lion?  ça serait sympa de se quitter comme ça. Avec le Roi Lion en face de moi, je quitterai cet endroit, le Malawi, après avoir eu, et c’est mon droit, droit a un dernier traitement de roi. Et le seul endroit correcte pour ça au Malawi, je veux dire pour voir le Roi, c’est là, Majete. Pourtant après 170 km de pistes mon humeur en rejoignant la petite et peu intéressante Chikwawa n’était pas à la fête. Il me restait l’humeur d’en rire... Rire du sable et des cailloux, de la poussière et de tout le reste… Entre deux mensonges et mille détours.

DSCF5520

Humeur A fric!

 

Humeur de pistes

De retour sur les pistes je peux réaffirmer que c’est bien là, loin des touristes mais proche de la nature, parfois un peu trop d’ailleurs, que s’engrange l’expérience, les souvenirs et l’envie, poussive, d’en rire.

Par 36ºC qui plus est.

DSCF5531

De retour sur les pistes

Mais ce matin j’avais l’humeur un peu compliquée et il m’a fallu beaucoup d’humour pour rester calme et ne pas perdre d’énergie stupidement face aux mensonges de toutes une population qui semblait bien enclin a m’envoyer sur le mauvais chemin. Lorsque celui ci me mena a l’entrée du parc national de Majete (du mauvais côté, sur une route interdite que la Police m’a dit qu’elle ne l’était pas et a même effectué… un téléphone pour m’en assurer), il s’arrêta. Coincé là, obligé de revenir en arrière malgré les promesses policière de ce matin. Ces derniers ont eu un malin plaisir à m’envoyer sur un faux chemin… et cette désagréable impression qu’en Afrique tout ce qui est autorité n’est que corruption, tout ce qui est loi détruit le peuple car la seule loi semble t’il c’est l’argent. Et comme le peuple n’en a pas…

Mais bon j’ai retrouvé mon chemin, mon humeur et mon humour aussi. Ca tombe bien car c’est cumulant les collines entre pistes sableuses et caillouteuse que je me suis débattu a mesure que la température grimpait. Et oui l’hiver c’est sûr touche a sa fin .

DSCF5511

Cumulant les collines entre pistes sableuses et caillouteuse

Mon chemin quant à lui est toujours entouré de beaux paysages qui ne cache pas, encore une fois, la grande pauvreté de ces campagnes où j’ai besoin de 84 km pour trouver un seul restaurant et un village avec de l’électricité qui fonctionne. Pourtant des villages il y en eu, mais pas autant que ces vélos que je croise souvent, me rappelant qu’ici un vélo c’est bien plus qu’un cadeau: c’est comme posséder un 4×4 de luxe pour un européen.

DSCF5549

Bien heureux que je suis d’arriver en saison sèche le tout se fera a pied, sans grande difficulté.

Mais dans ces pistes sans 4X4 c’est parfois en poussant que l’on avance au milieu de plusieurs centimètres de sables. Lorsque soudain une rivière se dresse devant moi… Le pont est tombé. Il y a longtemps dirait on. Bien heureux que je suis d’arriver en saison sèche le tout se fera a pied, sans grande difficulté.

DSCF5540

c’est parfois en poussant que l’on avance au milieu de plusieurs centimètres de sables.

« Ndalama Ndalama! «  Crient certains les gosses derrière moi. Ils veulent de l’argent mais leur manque flagrant d’éducation ne leur a pas appris a le dire en anglais. Heureusement leurs mères sont là, vendant quelques miserable bananes en bord de route, pour m’offrir un sourire face à mon Chichewa.

DSCF5564

Bien loin, très loin, du fric, de la « surconsommence » et du traffic…

« Maswera bwanji! » je leur dit

D’un « taswera bwino » elles me souhaitent un bel après midi à moi aussi…

Me voici tout au sud du Malawi et si au nord c’était pauvre ici c’est pauvre aussi.

D’humeur d’Afrique, je continue mon chemin. Bien loin, très loin, du fric, de la « surconsommence » et du traffic…

Au sud du Malawi…

 Et en plus, je dors chez l’habitant! Car bien que pauvre il sait se faire accueillant.

Lire la suite