Magic Majete!!!!!

Km 20’592, Majete Game Reserve, Malaŵi.

Le Malawi, peu à peu, se termine. Cependant, il n’est pas tout à fait terminé!

En effet c’est dans la réserve de Majete, la seule du Malawi accueillant le fameux « Big 5″ (éléphants, Rhincéros, Lion, Léopards et Buffles) que je me suis égaré. Pour mon plus grand plaisir! Et un dernier cadeau d’adieu sous forme de foire au animaux! En plus j’aurai vu le Roi. En effet, le Lion était là.

Magique!!!

DSCF5682 (3)

Magic Majete

La réserve de Majete en 2-3 mots

La réserve de Majete est aujourd’hui la réserve la plus fréquentée du Malawi depuis la réintroduction de nombreux animaux en grand danger d’extinction. Mais durant toute la fin du 20ème siècle elle fut peu entretenue, subissant notamment de nombreux actes de braconnages durant les années 80′ et 90′. Depuis 2003, de nombreux animaux ont été réintroduits, dont notamment le Lion et le fameux Black Rhino. Aujourd’hui elle est le parfait exemple de réussite de protection des animaux. On y trouve le fameux « Big five » tant recherché par de nombreux touristes et amoureux des animaux, soit: lion, rhinocéros, buffle, léopard et éléphant. Sa superficie est de 700 km2 et elle se situe au sud du Malawi, proche de la petite ville de Chikwawa, elle même à 50 kilomètres au sud de Blantyre.

DSCF5567

La route, mauvaise, pour rejoindre Majete

Pour ma part ce n’est pas le Big Five qui m’a attiré en soit, d’autant plus qu’il est presque impossible de l’apercevoir en entier du au nombre peu important de ses représentants, mais on m’avais beaucoup parlé de cette réserve et finalement après tout ce temps passé au Malawi je n’avais pas le coeur a le quitté en passant tout droit.

Et au final les prix y sont tout à fait correct, soit 20 us dollars d’entrée dans le parc (la réserve la plus chère du Malawi cependant) alors que divers activités sont proposées dont notamment:

Game drive du matin: 25 USD

night drive: 35 USD (incluant snack et une boisson, coucher du soleil et pour une durée totale de 3 heures)

Combo game drive+walking drive= 30 USD

Le camping est à 10 USD et on y trouve un bar ainsi qu’un restaurant (7h00-18h00) avec des assiettes allant de 3 à 8 USD.

 

Dans la réserve de Majete

J’avais eu droit à de superbes paysages en Ouganda, en Tanzanie puis surtout dans le beau et imposant parc nationale de Nyika.

Cependant cette fois ce n’est pas à vélo que j’ai pu découvrir le parc de Majete.  Dans un premier temps, j’ai eu droit à un « Night Drive », soit trois heures de pistes avec deux spécialistes et un autre petit groupe de touriste auquel je me suis joint. Entamé une heure avant le coucher du soleil pour revenir au campement bien après la tombée de la nuit, c’est à ce moment que l’on a le plus de chance de voir de prédateurs.

DSCF5575

Entamé une heure avant le coucher du soleil pour revenir au campement bien après la tombée de la nuit

 

 

DSCF5594 (2)

Impala

Cependant, les animaux seront plutôt calme ce soir là. Nous apercevrons certes de nombreux Impala et autres herbivores dont l’éléphant, juste au bord de la route en pleine nuit. Mais, tenté par la dernière chance pour moi de voir un Lion, je décide de m’inscrire à un nouveau tour, le lendemain matin dès l’aube.

Et là, après moins de 3 minutes de route, le ton est lancé:

Nous avons la chance de croiser cet animal aux cornes bizarres, souvent comparé au diable par ici mais rarement appercevable dont je n’ai su retenir le nom, un peu écorché par l’accent du conducteur.

DSCF5708 (2)

 

Puis tout de suite après nous apercevons de nombreux Impala et le très local Nyala. Un animal qui vivait pendant longtemps uniquement au sud du Malawi avant de s’exporter un peu.

On le reconnaît à ses fines rayures blanches.

DSCF5781

le très local Nyala

Soudain, le guide, Damiano, entend un bruit lèger que je ne perçoit pas. Il dit qu’il y a un Lion dans le coin. Tout de suite il aperçois les traces fraîches que le Lion vient de laisser en bord de piste.

DSCF5716 (4)

les traces, fraîches, que le Lion vient de laisser en bord de piste.

 

Et en effet c’est Chimwala, un jeune mâle, que nous apercevons soudain en bord de route, certainement à la recherche de ses confrères. Il a l’air un peu perdu alors que juste derrière lui on apperçoit quelques Impala, l’un des ses déjeûner préféré, pas effrayées plus que ça.

Finalement il s’assied, un peu caché, avant de repartir dans la forêt quelques instants plus tard.

En tout les cas ce matin nous sommes bien chanceux car il n’y a que 5 lions dans la réserve de Majete, réintroduit il y  a quelques années à peine.

DSCF5722 (7)

c’est Chimwala, un jeune mâle, que nous apercevons

Puis encore les éléphants nous boucheront la route à plusieurs reprises. Dans ces cas-là il vaut mieux attendre au risque de se voir charger par le mâle dominant de la troupe qui peut excéder les 6’000 kilogrammes. Avec un poids pareil c’est pas moins de 250 kg de nourritures qu’il ingurgite quotidiennement.

 

DSCF5746 (2)

Le beau Nyala, un mâle cette fois.

DSCF5798 (2)

Un animal majestueux.

Ambiance Roi Lion avec les phacochères.

DSCF5803 (2)

Ambiance Roi Lion

Un peu d’agilité. En levant la tête on s’aperçoit vite qu’ici l’humain n’est rien. Juste bon pour admirer.

 

DSCF5769 (2)

En levant la tête on s’aperçoit vite qu’ici l’humain n’est rien.

 

Le crocodile dort, à l’affût. Parmi les cailloux, à toi de le trouver

DSCF5782

 

Pile au centre de la photo ou le « cailloux » long

DSCF5782 (2)

La chance continue. Jusqu’ici voir des Impalas, singes, crocodiles dans le fleuve Shire (Shiré) ou des Nyala n’avait rien d’exceptionnel. Mais voir un Lion c’est plutôt chanceux, sans parler du « diable » que nous avons aperçu en début de parcours qu’il est très difficile d’apercevoir. Mais que dire d’un hippopotame sur la terre ferme. En effet c’est souvent de nuit qu’il se déplace, marchant jusqu’à 20 kilomètres. Mais ce matin, le calme était de mise, il en a profité pour une petite escapade matinale.

Nous aussi on en a profité!

DSCF5774 (3)

Nous aussi on en a profité.

Et ce n’est pas tout car la nature aussi est belle.

Ici un Baobab vieut de plus de 1’000 ans!

DSCF5772

un Baobab vieux de plus de 1’000 ans!

 

Mais droit derrière un retour aux affaires avec un air de famille, tous ensemble. Au moins 20 bêtes en face de moi.

DSCF5770 (3)

retour aux affaires avec un air de famille, tous ensemble

Puis c’est les vautours qui nous observent de haut. Ainsi que de nombreux autres oiseaux que je n’aurai su capter en photos.

DSCF5742 (2)

Et enfin, déjà devrais-je dire,c’est le retour au campement après une ballade qui aura duré 3 heures au lieu de 2. Magnifique. Et là, c’est accueilli… par un serpent que je retrouve ma tente. Je le prends pour un Python.

Avant de le voir se déplacer, lentement presque comme s’il était blessé, un des gardiens de la réserve le remet dans le Bush. C’est mieux pour lui, mais aussi pour nous. En effet ce n’est pas un Python mais un « Mphiri » ou vipère heurtante (Puff Adder), soit rien que moins que le serpent qui tue le plus en Afrique. Non pas qu’il soit le plus agressif ou venimeux mais très timide et peureux, lorsqu’il entend un pas il ne part pas se cacher mais reste sur place. D’une couleur difficile à apercevoir et de petite taille, il n’hésitera pas si vous lui marchez dessus.

DSCF5822 (2)

ce n’est pas un Python mais un « Mphiri » ou vipère heurtante

Et au final, après ce moment hors du temps, c’est avec le sourire de Jonathan, le cuisinier, que je reprend la route, chaude et humide, en direction d’un Mozambique qui est cette fois juste là.

 

DSCF5827

c’est avec le sourire de Jonathan, le cuisinier, que je reprend la route.

 

Olivier Rochat

Laisser un commentaire